Apprenez à sortir de votre silo

28 July 2017

(Read in english) Un nouveau semestre commence à l'Université la semaine prochaine, alors j'ai passé beaucoup du temps à préparer mon matériel de conférences et les equipments du laboratoire au département. Ce semestre j'enseignerai la mécanique analytique et l'analyse des tenseurs (comme d'habitude, c'est toute pour les étudiants de troisième cycle) – deux domaines d'étude trés importants parce que un conduise à la mécanique quantique et l'autre conduise à la relativité générale. Je crois que ces deux cours seront extrêmement intéressants à discuter, en particulier pendant les heures didacticiel.

A l'institution, d'autres projets sont aussi en cours sur lesquels je travaillerai avec mon ami et collègue, Roshan Sawhil, avec qui j'ai fondé Physics Capsule, ce qui bien sûr une autre activité intéressante qu'on attends avec impatience. Mais, pour l'instant, j'ai une pensée que je crois est plus profonde et que chaque personne instruit doit passer du temps à réfléchir – d'autant plus les gens qui sont sur le point de commencer ou de continuer leur éducation parce qu’il n’y a pas d'endroit pour ce comme le milieu universitaire.

Un cône de silence

Qu'on admets ou non, nous vivons tous dans nos propres silos. C'est nos «cône de silence» social comme Get Smart où nous nous sentons en sécurité parce que nous restons incontestés
1

. Il y a un petit monarque dans nous tous; et alors que certains d'entre nous garder-il en échec le reste d'entre nous échoue malheureusement. L'humilité se volatilise! Indépendamment de ce que type vous êtes il y a une observation importante à reconnaître. En particulier dans le monde instable d'aujourd'hui, reconnaître que c'est le moins que l'on puisse faire. En tout cas c'est la première et le meillure étape.

Pour une génération avec tant de sites du web pour exprimer nos opinions, nous semblons avoir seulmeunt un petit voix en façonnant le monde d'aujourd'hui. Les protestations sont soit entendues soit annulées. Par extension, beaucoup de gens voir leurs vies seulment comme un des deux extrêmes. Ils ne pensées pas que, peut-être, il existe souvent beaucoup de possibilités.

Tous dit et fait, cependant, peut-être que la solution e'st plus proche de nous que ce qu'on puisse attendre. Peut-être que cela commence dans nos esprit. Plus tôt ce mois-ci, il y a eu une merveilleuse entrevue d'une heure avec les anciens présidents américains George W. Bush et Bill Clinton au George W. Bush Presidential Center. La discussion portait principalement sur le leadership. Il est beaucoup à apprendre des deux hommes (pour ceux qui ont des esprits ouverts de toute façon, peu importe combien vous étiez d'accord ou pas d'accord avec eux), mais les remarques de M. Clinton au cours de les dix dernières minutes m'a vraiment impressionné.

Si vous êtes impatient simplement aller à la 1:00:55 code temporel et à regarder pendant quelques minutes. Bien que la discussion, à ce moment-là, a commencé parce que les hommes abordaient les avantages d'avoir un centre présidentiel, et bien que les remarques de M. Clinton semblent viser l'Amérique, elles ont vraiment une validité globale. Il dit que nous avons créé des silos pour nous-mêmes et que la croissance vient principalement de la diversité. M. Clinton, en anglais:

«...we have separated ourselves into like-minded communities. We may be less racist, homophobic and sexist and everything but we don't want to be around very many people who disagree with us. And we get news in silos and the truth is, in an interdependent, complex world, diverse groups make better decisions than homogeneous ones.»

À titre d'universitaire, tout cet argument est une description de ce que j'expérience (ou devrait expérience en tout cas) sur une base quotidienne. Travailler à une institution académique signifie travailler parmi les personnes instruites qui sont presque toujours plus informé que vous mais qui sont ouvertes au débat. Le fait que tant de personnes existent sous un même toit sans travail mécanique excessif, et avec suffisamment de temps pour penser, signifie simplement qu'il y a plus de place pour les désaccords et les conflits civil.

Débat et désaccord

Il pourrait sembler comme les conflits sont les mauvaise choses. Les conflits que nous voyons souvent à la télévision sont terrible, mais le conflit peut être une activité modérée, ouvrante, planifiée et éducative. En effet, c'est tout ce qu'il devrait être à mon avis humble. Le désaccord aide à grandir et pas seulement à la fin. Un désaccord basé sur la science est ce que je me rencontre souvent; en tant que personnes de la physique, nos désaccords sont coupé et séchés si les mathématiques sont concernés. Ce n'est pas toujours vrai, mais il est vrai si souvent que vous vous remarquez à peine de disputer avec les mathématiques
2

.

Cependant, le désaccord lui-même est souvent un grand constructeur de caractère et de savoir. Imaginez-vous au milieu d'un argument avec quelqu'un; imaginez maintenant que l'argument s'est transformé en un débat civil parce que ni l'une ou l'autre personne débat pour gagner, plutôt que d'arriver à la conclusion la plus véridique. Et la conclusion idéale n'est pas celle qui profite à l'une ou l'autre personne mais qui aboutit à un résultat logique. Une fois de plus, cette conclusion peut ne pas être l'objectif; l'objectif est les recherches de la connaissance; Il doit simplement être quelque chose qui offre une explication d'une façon ou d'une autre assez satisfaisante pour permettre aux debaters (si leurs ont un ouvert ésprit) de se mettre d'accord jusqu'à ce qu'ils aient réfléchi et reconstruit leurs arguments.

Tout aussi important, rappelez-vous lorsque vous discutez avec quelqu'un et, en milieu de le discussion, vous éprouvez ce sentiment malaise, ou peut-être même penaud, lorsque vous réalisez que vous avoir eu tort et l'autre personne avait raison? En tant qu'humains, nous avons probablement débattu au-delà de ce point juste pour le bien de cela, mais le fait demeure inchangé: avec cette réalisation, de nouvelles connaissances nous ont rendu un peu plus éclairées que précédemment. Et c'est le point.

Université et science

Les scientifiques sont particulièrement conscients des débats et des désaccords car ils font partie intégrante de nos discipline. À l'exception d'une poignée de personnes dont le seul intérêt est la validation d'eux-mêmes, la communauté scientifique est un exemple stellaire de la façon dont les débats doivent se dérouler. Malheureusement, de telles discussions se reflètent rarement dans la société.

Je suis curieux de savoir si certaines personnes peuvent le faire alors que d'autres ne le peuvent pas. La politique est-elle un terrain de jeu intrinsèquement sale? Il y a peu pour indiquer que c'est vrai et pourtant c'est précisément l'image que beaucoup de personnes peint. Mais la politique n'est pas la fin de l'histoire: les amis et les people à salon de coiffure parlent constamment de leurs opinions partout et s'attendent à être d'accord. Ce n'est pas un débat.

Un débat n'est pas non plus s'agit de statistiques (lire des livres pour cela). Les désaccords portent sur les perspectives nouveaux et pas même sur le présentation de sa perspective propre aveuglément; mais les débats existe pour donner ton avis la place qu'il mérite, que ce soit dans le ciel ou dans la gouttière. Et tant que nous trouvons et affluons avec des gens qui acceptent avec nous sur tout, il n'y a pas de place pour le débat, pas de place pour la croissance et certainement pas de place pour apprendre.

Je me demandais ce que je dois attendre au début du prochain semestre a l'université et je pense que j'avoir enfin une réponse: je suis impatient d'être en désaccord, de discuter, de débattre et d'apprendre; et je ne jamais oublier que «tout le monde a une histoire à raconter». Il ne fait aucun doute que, en fin de compte, tout cela en valera la peine.

  1. Si vous n'avez pas regardé Get Smart avec Steve Carrell, faites le temps et ce regarder. C'est un comique futuriste et est basé sur l'émission de télévision des 1960s avec le même nom. Une des inventions à l'émission, faites par deux scientifiques à la CIA, est un «cône de silence» qui, en appuyant sur un bouton, crée un cône d'énergie insonorisé (j'ais aucune idée de ce que c’est) afin que tout ce qui se parlé dans le cône n'est pas entendu à l'extérieur. L'hilarité s'ensuit lorsque les gens pensent que le cône est activé, mais ce ne fonctionne pas du tout.

  2. Selon votre opinions, cela peut être une bonne chose ou une mauvaise chose.